Guinée: malheurs aux « business men des crises » !

« Des business men des crises », la Guinée en a sans doute connu sous le régime défunt du Général Lansana Conté. Mais depuis l’avènement du Professeur Alpha Condé on en a davantage connu en quantité et en qualité, tant le syndrome s’est emparé de toute son administration depuis un certain temps.

Certains cadres du RPG Arc-en-ciel sont en effet devenus plus professionnels que leurs prédécesseurs dans les manœuvres politiques et politiciennes visant à entretenir un climat de tension permanente dans le pays pour des intérêts égoïstes inavoués.

Ces personnes, qui ne sont ni plus ni moins que des ennemis jurés de la République tapis dans l’ombre sont toujours au cœur des dialogues qui n’aboutissent jamais, parce que souvent  sanctionnés par de faux accords, jamais respectés. L’accord politique du 08 août 2018 en est une parfaite illustration.

Le non-respect de cet accord controversé a été lourd de conséquences. Kindia, une ville paisible et cosmopolite, a failli basculer dans le chaos, à la suite des violences qui ont coûté la vie à une personne, occasionné des blessés et de pillage de boutiques et de maisons d’habitations, notamment celle de la maman de Hadja Halimatou Dalein, épouse du chef de file de l’opposition guinéenne.

De crise en crises, c’est le quotidien du guinéen. Il est temps, grand temps que nous nous réveillons pour s’attaquer à ces maux qui risquent de déclencher l’irréparable. Alpha Condé et son gouvernement sont droits dans leurs bottes. Ils ne veulent pas négocier pour l’intérêt du peuple auquel ils doivent des comptes. Ils font tout à leur tête.

Depuis plus d’un mois, les enfants guinéens sont à la maison du fait d’une grève des enseignants. La bonne question que l’ont se pose est de savoir si l’avenir de ces enfants intéresse t-il ou préoccupe t-il nos dirigeants ?

Par ailleurs, dans toutes les manifestations politiques, c’est des citoyens qui sont tués. Ils continuent de tomber sous les balles de nos forces de l’ordre. Au lieu d’utiliser des armes conventionnelles (eaux chaudes, gaz lacrymogènes etc…) elles font souvent usage de balles réelles pour tirer à bout portant sur les opposants.

Les forces de sécurité ont toujours réprimé dans le sang les manifestations, qu’elles soient autorisées ou pas. Curieusement, aucune autorité, n’a condamné ces actes encore moins ouvrir des vraies enquêtes pour situer les responsabilités. Nos concitoyens sont tués comme des moutons, car les auteurs ne s’inquiètent de rien, absolument rien.

Malheurs à tous ces business mens des crises à répétition en Guinée. Vous êtes déjà maudits par le peuple de Guinée ainsi que vos familles respectives. Malheurs à vous tous !

Pour la Rédaction du Groupe Sud Média Guinée, Thierno Oumar Diawara, journaliste – fondateur de www.guineerealite.com

Contact: redactionsudmedia@gmail.com

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info