Politique: marche interdite, liberté bafouée, démocratie en danger !

La Guinée poursuit son irrésistible descente aux Enfers. Ces dernières années, le pays connait un sérieux recul de la démocratie avec des actes liberticides posés par l’administration Alpha Condé. En témoigne cette interdiction aux dernières minutes d’une marche pourtant annoncée depuis plus d’une semaine. L’opposition s’inquiète de cette situation et promet d’y apporter les critiques appropriées et une réaction des plus cinglantes.  » Plus de 500 policiers et gendarmes sont mobilisés au rond point de Yimbaya Tannerie. Le coin est noir d’agents des forces de sécurité  » constate un Citoyens.

Un autre témoigne avec entendu le Général Baffoe au téléphone en disant:  » Cellou Dalein a été Premier Ministre. Il sait que notre mission c’est le maintien d’ordre. Nous ferons cela coûte que coûte « . Des phrases qui ne rassurent pas les militants de l’opposition. A cela s’ajoutent le refus des autorités communales de Matoto et Dixinn à autoriser cette marche pacifique.  » Mais de quelles autorités parlent-on, s’interroge un manifestant. Les mairies ne sont pas encore fonctionnelles, donc ne peuvent pas prendre des décisions, tant qu’un acte du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation ne lance pas l’ouverture de la première session des activités communales « .

En tout cas, avec cette énième interdiction d’une marche pourtant constitutionnellement autorisable, le constat sur le niveau de la liberté de mouvement en Guinée laisse à désirer. Le président Alpha Condé et son gouvernement font ce qu’ils veulent dans une anarchie totale.

Pour la Rédaction du Groupe Sud Média Guinée (Mohamed Ali)

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info