L’UFR ou le naufrage annoncé d’un bateau qui tangue dans les eaux du fleuve Rio Nunez (Opinion)

La situation sociopolitique guinéenne interpelle tous les fils et filles du pays.Chaque citoyen est libre de choisir son sujet pour se faire entendre. Ce ressortissant guinéen activiste des réseaux sociaux a quant à lui, fait part de son analyse sur le « deal politique » auquel se livrent certains leaders.

Monsieur Sow Boubacar, comme c’est de lui qu’il s’agit, n’a pas manqué de prédire la « mort politique » de Sidya Touré, président du parti de l’Union des Forces Républicaines (UFR).

Lisez plutôt !

 » Je préfère de loin la démarche de Mr Kassory qui a choisi la cohérence pour fusionner son Parti le GPT avec le Parti de la mouvance dont il était devenu un fidèle serviteur que celle de Mr Sidiya Touré qui pense continuer à être à la fois dedans et dehors. Depuis que Mr Sidiya Touré par égocentrisme a accepté le deal machiavélique de Mr Alpha Condé pour devenir son « haut représentant », l’UFR est dans un véritable ERREMENT POLITIQUE. En faisant le choix de quitter avec fracas l’opposition républicaine pour s’acoquiner avec la mouvance, l’UFR a totalement perdue son âme.

Le Parti est aujourd’hui, à la merci des prédateurs voraces qui ont pour noms l’opposition républicaine et la mouvance présidentielle. Chacun de son côté, ne manque aucune occasion de déplumer le Parti, le réduire à sa plus petite expression. Ce qu’il a vécu récemment à Boké où il avait le rêve de conduire les destinées de la commune urbaine avec la bénédiction du RPG arc-en-ciel, s’est soldé par un véritable désenchantement. Ce désenchantement politique, est la preuve qu’on ne peut retirer poussins à un épervier pour les confier à un loup. Mr Sidiya pour des calculs politiciens comme lui-même aime à le rappeler a quitté l’opposition républicaine pour pactiser avec celui qui n’est autre que son premier adversaire.

Dans une bataille, aussi longtemps qu’on ne se trompe pas d’adversaire, la chance de gagner est toujours envisageable. Par contre, se tromper d’adversaire, c’est l’assurance, de perdre du temps, d’énergie, de ressources dans une bataille qui s’annonce perdue d’avance. Dans le positionnement actuel de l’UFR tant vis-à-vis de l’opposition républicaine que vis-à-vis de la mouvance, elle est perdante. À elle de savoir désormais, limiter la casse et essayer de sauver les meubles avant son total naufrage. En attendant, comme on dit, rira bien qui rira le dernier; qui sème le vent, récolte la tempête. l’UFR est devenue dans le paysage politique Guinéen, la risée des autres formations politiques ».

Par Sow Boubacar, Fribourg (Suisse)

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info