Crise de l’Éducation: Le mot du président Condé qui fait mal à Aboubacar Soumah

Cette dernière sortie médiatique du Secrétaire Général du SLECG est très inquiétante. Elle dénote d’une certaine colère accumulée à la suite de plusieurs faits et actes posés par le gouvernement et le Président Alpha Condé. Ce dernier d’ailleurs, lors d’une émission diffusée sur la télévision nationale a qualifié la grève des Enseignants de « réclamation fantaisiste« . Erreur de communication ou provocation express ? Le Chef de l’Etat a piqué le SLECG dans son orgueil.

Quelques heures après, répondant presque du tac au tac, Aboubacar Soumah a vainement tenté d’adoucir sa colère sur les ondes d’une radio de la place:  » Le Chef de l’Etat n’est pas mon interlocuteur, je n’ai rien à répondre. Ceux qui sont autour de la table de négociations ce sont eux que je répondrai « . Si ces premiers mots transpirent une certaine pointe de nervosité dissimulée, les suivants sont moins camouflés.

A la question de savoir d’où pourraient provenir les fonds qui seront réorientés vers le paiement, le syndicaliste Soumah s’enflamme: « Il y a une phrase d’Abraham Lincoln qui dit si l’instruction coûte cher, essayez l’ignorance. Cet argent, il est autant à nous qu’à tous les guinéens. Il provient des taxes sur les sociétés minières, les structures de téléphonie, etc. Pour la somme finale, c’est la table de négociations qui va décider ».

A rappeler que cette crise qui mine le secteur de l’éducation dure depuis plus d’un an et a conduit au limogeage de Dr Ibrahima Kourouma, ainsi que de son remplaçant Ibrahima Kalil Konaté K au carré. Même le Ministre Albert Damantang Camara qui est pourtant un des chouchous du PRG en a fait les frais.

Qualifier les revendications du SLECG de « fantaisiste » est la preuve tangible que le secteur de l’éducation est loin d’être une priorité pour le président Condé.

La Rédaction du Groupe Sud Média Guinée (AC)

 

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info