Guinée: Sale temps pour les médias privés

Ces derniers temps, des journalistes de la presse privée ont du mal à exercer librement leur métier sur le terrain. Des restrictions par-ci, des interpellations par-là. Le dernier cas en date, samedi 29 septembre, des confrères de Espace TV ont été empêchés de réaliser un plateau spécial consacré aux 60 ans d’indépendance de la République de Guinée dont l’enregistrement était prévu dans un réceptif hôtelier de la place.

Soudain un groupe de policiers à bord d’un Pick-up est venu demander à nos confrères et à leurs invités de libérer les lieux. Selon Antoine Kourouma, un des animateurs de l’émission, l’ordre aurait été donné par le ministre de la sécurité, Alpha Ibrahima Kéira qui a déclaré que cette émission va « troubler l’ordre public ». Voilà, un argument qui ne tient pas. Puisque ladite émission n’abordait que les acquis et faiblesses des 60 ans de notre souveraineté nationale. Sur place, nos confrères ont tenté en vain de faire intervenir le ministre de la communication.

A cette allure, si rien n’est fait, la presse guinéenne risque d’être détournée de sa mission, celle de d’informer le peuple de Guinée. Autrement dit, faire des propagandes pour soutenir ou d’accompagner le président Condé dans son « combat » pour un éventuel mandat.

Gare à celui qui dénoncera ce fameux projet !

La Rédaction du Groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info