Cour Constitutionnelle: un règlement de compte ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Kelefa Sall devenait de plus en plus célèbre et gênant. Célèbre à cause de la seule phrase mettant en garde le Président Alpha Condé d’écouter les sirènes révisionnistes. Gênant parce qu’il est considéré comme le dernier rempart dans toute tentative de modification constitutionnelle. Or, par les temps qui courent, ce sujet est très à la vogue.

Muet sur ses désirs, le Chef de l’Etat, serait en observation pour étudier toutes les options possibles, sans Kelefa Sall dans ce schéma. Selon certaines sources, un très haut placé du pays serait la main noire derrière cette motion de défiance. Nous cherchons à identifier qui ça peut être, et d’où lui viennent les instructions. Toujours est-il que la Cour Constitutionnelle cherchait un prétexte pour abattre son Président rebelle et téméraire.

Mais l’institution a commis un péché véniel: elle s’est précipitée dans sa démarche sans tenir compte des textes de loi. Selon Maitre Tobga Zégbélémou, Président de l’ordre national des Constitutionnalistes, « la Cour a bel et bien le mandat de démettre son Président, mais l’avis devait d’abord être soumis à la Cour Suprême pour examen ». Ce qui n’a pas été fait. C’est parti pour une crise !

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info