Cour Constitutionnelle: Qu’est ce que l’institution reproche à Kelefa Sall ? (Communiqué)

L’information du mois de Septembre en Guinée, c’est la motion de défiance de la cour constitutionnelle contre son Président, Kelefa Sall. Si l’acte a indigné toute la République, l’institution tient à clarifier sa position. Ainsi, dans un communiqué rendu public dans le journal principal de la télévision d’Etat, la Cour Constitutionnelle a expliqué les raisons de la révocations de Kelefa Sall de sa fonction de Président.

Selon ce communiqué, les membres de la cour constitutionnelle ont tenu le 19 Juillet dernier une réunion pour plancher sur des sujets internes. A la fin de l’assemblée, ils ont mis en place un projet de loi qui devait être entériné par décret. Mais à la surprise générale, lorsque le Président de l’institution, Kelefa Sall a rencontré le Chef de l’Etat « il lui a parlé d’autre chose, et non de ce que les Conseillers ont exprimé à travers le projet de décret ». Selon le communiqué, c’est ce qui a disqualifié Kelefa Sall et poussé les autres membres à lui retirer leur confiance comme Président de l’institution, conformément à l’article 10 de la loi organique.

Le communiqué précise que la Cour Constitutionnelle n’a d’ordre à recevoir de personne, et que si Kelefa Sall qui « est toujours membres de la Cour Constitutionnelle veut redevenir Président de l’institution, il peut se présenter au cours du vote à sa propre succession ». Par ailleurs, les membres signataires du communiqué précisent que Kelefa Sall n’a lu au Président Alpha Condé que le texte que tous les membres ont rédigé, lui demander de ne pas écouter « les sirènes révisionnistes ». Des précisions qui viennent un peu tard, alors que la société civile projette un sit-in le mercredi devant le siège de l’institution.

Mohamed Ali pour le groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info