Politique: Faire front commun dans la réhabilitation de Kelefa Sall

Le Président de la Cour Constitutionnelle vit des heures mitigées. Si au sein de l’institution qu’il dirige il est l’objet d’une grosse contestation, il peut néanmoins compter sur le soutien du reste de l’opinion publique, notamment de la classe politique. Mais l’affaire n’est pas si simple que ça. En effet, 8 Conseillers sur 9 veulent sa destitution, et l’ont fait savoir.

Le projet est à l’assemblée nationale, et c’est là que ça pourrait coincer. Si les raisons évoquées par les Conseillers restent professionnellement soutenables, beaucoup de Responsables Politiques voient derrière cette action la main noire du Pouvoir Central. On se souvient qu’à l’investiture du Président Condé pour son second mandat, et avant de le faire jurer sur la Constitution, le Président de la Cour constitutionnelle avait glissé quelques piques qui ont été mal interprétées plus tard, il avait notamment demandé au Chef de l’Etat de « résister aux sirènes révisionnistes ».

En clair, de ne pas modifier la Constitution pour tenter de briguer un 3è mandat. Dans une sortie ce matin, le Leader du Bloc Libéral, Faya Millimono en déplacement à l’étranger, avait clamé son soutien vis-à-vis de Me Kelèfa Sall et a appelé toutes les couches du pays à en faire autant: « nous devons voir au delà de nos petites jalousies. On n’a pas besoin de dire qu’on est acteur de la société civile et pas politicien. Cette affaire nous concerne tous, et c’est ensemble que nous devons lutter ».

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info