Forces Sociales de Guinée: Qui a trahi le mouvement ?

Photo archive - Juillet 2018

La réclamation de la baisse du prix des produits pétroliers semble une histoire tellement loin derrière le Peuple qu’on a l’impression qu’il s’agit d’un fait lointain. Et pourtant, la question est toujours sur les lèvres et la spontanéité du mouvement avait commencé à faire peur jusqu’au grand salon de Sekhoutoureya. Malheureusement en face, il y avait Don Kass!

Et cet échec est révélateur d’un certain nombre de dysfonctionnements. Le mouvement 8000 c’est bon était mort né, à cause du pilotage à vue et d’une forme de bicéphalisme inouïe. Jamais on aura vu un mouvement avec autant de porte-parole et de signataires des communiqués. Tout le monde voulait être celui auquel tous les autres obéissent au doigt et à l’œil. Et cette guéguerre d’ego a fini par imploser le monde, sans compter les coups bas de l’administration, auxquels il fallait naturellement s’attendre.

Aujourd’hui le mouvement a sombré comme Le Titanic, mais la guéguerre persiste. Dans une sortie récente sur son compte facebook, Dorah Aboubacar Koita, une des figures importantes de cette revendication s’en est violemment pris à Abdourahmane Sanoh de PECUD, autre personnage central de cette lutte, accusant ce dernier d’avoir finement mené le mouvement à son échec. Et Monsieur Koita n’y va pas de main morte. Lisez plutôt:

« – Ce que j’ai dis et que j’assume, c’est la bêtise et la malhonnêteté qu’il a planifiée, parrainée et orchestrée ;
– Ce que j’ai dis et que j’assume, c’est son projet de mise en place de son CPR qui signifierait  » Citoyens pour la révolution ou pour la République  » en prenant les FSG comme tremplin pour assoir ce projet ;
– Ce que j’ai dis et que j’assume , c’est le rôle nocif qu’il a joué pour diviser les jeunes sur fond de désinformation et d’instrumentalisation; pendant que son âge devait faire de lui quelqu’un qui devrait œuvrer à renforcer la solidarité qu’il a trouvé entre des jeunes de la société civile qui sont engagés chacun à son niveau pour servir la Nation ».

Nous avons également réussi à joindre le principal accusé dans ce post. Monsieur Sanoh ne souhaite pas relever ces accusations: « ça ne m’intéresse de faire de la publicité gratuite pour les gens. Ce qui est sûr c’est que je serai toujours attaqué ».

Voilà un feuilleton qui n’est pas prêt de prendre fin. A suivre donc…

Mohamed Ali pour le Groupe Sud Media Guinée

 

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info