Manifestations sociales: le gouvernorat de Conakry monte au créneau !

Alors qu’une psychose générale régnait dans les esprits des guinéens pour cette journée du lundi, le Gouverneur de la ville de Conakry est monté au créneau. Joint au téléphone par notre rédaction, un de ses Cadres, qui a requis l’anonymat, explique que « les démarches nécessaires ne sont pas remplies pour permettre la marche ».

Pourtant les forces sociales (Société civile, Syndicats et Patronats) avaient projeté une vague verte dans tout le pays. L’objectif étant de paralyser toute activité économique.

La même source indique que « la police et la gendarmerie ont reçu comme instruction d’user de moyens conventionnels, en excluant toute forme de violence, pour faire appliquer la loi et permettre la quiétude de ceux qui ne se sentent pas concernés par cette situation« .

Si l’ambiance à Conakry semble relativement maîtrisée malgré des échauffourées signalées sur l’axe le Prince, des sources concordantes rapportent que certaines villes du pays profond sont en proie à quelques cas d’incivisme. C’est le cas, par exemple, de Mamou où la situation avait échappé au contrôle des forces de sécurité. Kindia aussi a failli basculer dans la violence, avec une ambiance toujours tendue.

Même si elles ont annulé le lancement de la marche verte, les forces sociales n’entendent pas reculer dans leur lutte pour la baisse du prix du carburant au taux initial de 8 000 GNF.

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info