Corruption en Guinée: Une plateforme de la société civile veut mettre fin à la pratique !

À travers une conférence débat qu’elle a animée ce samedi 5 mai 2018 à son siège à Coléah, la cellule Balai Citoyen veut s’engager dans la lutte contre la corruption en Guinée. Pour y arriver la plateforme a procédé ce samedi au lancement officiel d’une campagne citoyenne  dénommée Souveraineté au peuple , dont le thème central est « Bonne gouvernance, lutte contre la corruption. » Cette campagne  se poursuivra  selon le coordinateur du Balai Citoyen de la commune de matoto,  environ un an et se déroulera sur toute l’étendue du territoire nationale.

« L’objectif de ce projet est de monter des stratégies, pour contourner le mal que le peuple de guinée est entrain de subir. La guinée n’est pas un pays pauvre, ce sont les dirigeants qui veulent la rendre pauvre à travers la corruption, et mettre les jeunes générations en difficulté. » a expliqué Ismaël Mansaré qui pilote le projet.

Dans son allocution, le conférencier est revenu largement sur ce fléau qui selon lui caractérise aujourd’hui l’administration Guinéenne.

« La corruption est là , elle existe et perdure , c’est à nous donc les citoyens qui devons ensemble se lever pour apporter notre contribution à l’édifice de ce pays. » a-t-il entamé

Ce qui peut entrainer la corruption dans un pays , c’est la mauvaise gouvernance. Pour l’éradiquer complètement, Monsieur Kaba propose  une  solution.

« Appliquer la loi dans toute sa forme. Partout dans le monde  la corruption existe, mais à des degrés différents. Mais il faut agir avec le pouvoir  de l’État. La force,  la rigueur est la loi. Sans ces trois principes , l’État ne peut pas fonctionner.  » poursuit-il

Pour terminer , le conférencier estime que l’État doit prendre ses responsabilités.

« Il est fondamentale que l’État agisse, cela va lui permettre de recourber ses recettes fiscales de façon efficace et efficiente, parce que c’est ça l’économie. La mobilisation, la répartition et la consommation. » Poursuit t-il

« Si l’État veut lutter contre la corruption pour faire face à ses besoins, il faut que la ceinture se serre mais quand on dit serrer la ceinture , il faut que les gestionnaires de la chose publique puissent rendre compte. » ajoute t-il

Selon Monsieur Mory Kaba, si  les ressources sont mal distribués, sont mal gérés, c’est ce qu’on appelle la corruption et cela peut forcément avoir un impact négatif sur le développement économique, sociale et politique dans un pays.

L'équipe de Guinée Réalité attend vos messages dans les commentaires et sur redaction@guineerealite.info